nature man 2012 (2)

 

Nous voilà arrivés ce 06/10/12 au village Les salles-sur-Verdon pour récupérer nos dossards. La fine équipe des Aleinsois de nouveau réunie. Moi, Cyrille Boureau, Olivier Dechelle et Michael Leplatois. Il fait beau et le cadre est magnifique. On se fait tatouer le bras et le mollet puis on décide d’aller voir la plage. L’eau est super bonne, on peut même la boire sans problème…

Ensuite restaurant à Aiguines sur les haut, et c’est en montant en voiture qu’on réalise la bosse qui nous attend après la natation !! (Au 3éme km, 7 bornes non-stop…)

On pense à autre chose en essayant de dormir dans un domaine magnifique avec vue sur le lac de Sainte-Croix, qui se trouve être un ancien prieuré. Donc pas de bruit pour m’empêcher de dormir si ce n’est la douce mélodie des ronflements d’Olive le Grand ! Je réussis malgré tout à dormir malgré mon stress de la natation qui n’est pas mon fort. Je n’ai que 8 mois de natation et un CD (Embrun pour seule expérience).

 

Le lendemain matin, debout sans réveil tous ensemble à 06h00, prêts à en découdre. Le moral est bon, très bon ! Il fait super beau et on se dit qu’on a vraiment de la chance d’habiter dans cette région !

A 07h45, on est dans le parc à vélo où on rejoint Anthony que je connais à peine. On enfile nos combis en dansant au rythme de la musique. Une ambiance qui m’aide à oublier la machine à laver qui m’attend au départ avec 800 turbines gonflées à bloc ! Ensuite, on s’échauffe dans une eau turquoise qui me donne davantage envie d’étendre ma serviette sur la plage, mais bon…

Anthony me montre le milieu extérieur gauche pour éviter d’être trop bousculés.

 

9h30, c’est le départ, je commence à nager tranquille et je trouve ça beaucoup moins violent que mon premier tri où j’étais en plein milieu. Je décide aussi de gérer et de rester en dessous du seuil car je n’ai jamais fait de Half et je sais qu’il faut que je garde des forces pour « envoyer » sur le vélo (mon sport à l’origine).

A un moment, au bout de 700m ; euh en fait, aucune notion du temps dans l’eau… je vois un barbu qui nage à côté ; incroyable, c’est Anthony. Je fais le choix de ne pas le suivre et de garder le rythme que je me suis donné au départ.

Au bout de 41min et  2km de natation, c’est le soulagement pour moi, je rejoins mon vélo, avec les jambes qui flageolent un peu sur les galets de la plage.

Au parc, tous les vélos du club sont partis, ça file un petit coup au moral même si je m’y attendais. Dans l’ordre des arrivée au parc, Olivier la «machine », Anthony, Cyrille et Michael en même temps et moi. J’enchaine tranquille en plus de 5min, manifestement  vu que les temps donnés sur les résultats comprennent les enchaînements.

 

Une fois sur le vélo, je suis super bien et j’attaque la côte d’Aiguines sur la plaque jusqu’en haut à près de 93%/freqmax. Alors que je m’étais fait la leçon de ne pas dépasser  87% dans les bosses ! Je ne sais pas ce qui m’attend après mais je m’en fiche, je me fais plaisir et j’attaque à fond. Je doublerai plus de 250 coureurs jusqu’au parc à vélo. 1700m D+ d’après ma montre et 30km/h de moy.

Je commence par rejoindre Anthony à la fin d’une bosse qui se bat avec son cintre. Mais Anthony m’a l’air fatigué déjà, avec sa longue saison c’est un peu normal!! Je l’encourage et je garde mon rythme. Mon cœur descend super bien dès que je relâche c’est bon ça !

Je décide de rester à 87% sur le plat. Dans le 45ème km voilà la bosse à 16% dont tout le monde parle sur les forums, je décide de la monter plus tranquille en prenant bien l’extérieur et ça passe et 36/23 en danseuse pour se détendre le dos et les jambes. Je rejoins Cyrille dans le 60ème km qui me dit qu’il a mal à la jambe, comme depuis plusieurs mois d’ailleurs. Dans la descente, un accident vient d’avoir lieu : il semble qu’un vélo ne fasse pas le poids face à un camping-car ! Enfin, ce n’est pas grave, il n’y a pas de blessé.

Dans la montée de Baudinard, au 70ème km, je croise Olive en sens inverse avec des moustiques dans les dents comme un motard heureux, puis Michael. Je trouve que ce dernier roule bien pour quelqu’un qui s’est mis sérieusement au vélo que depuis un an.

Je réussis à le rejoindre 3 km avant la fin où il roule seul. Il m’explique plus tard que dans cette portion ou il s’est retrouvé seul, il n’a pas été facile de s’imprimer le même rythme qu’au départ. Du coup, je l’aspire en passant (sans tricher, juste moralement).

800m avant la fin, on roule sur une bande de 1m où il est interdit de doubler, j’en profite pour tourner les jambes afin de préparer mon enchaînement.

On enchaîne ensemble avec Michael, sur 800 coureurs, encore un truc de dingue !

Ma question, vais-je pouvoir le suivre en course-à-pied car c’est un peu sa spécialité !

Pas de bol pour moi, dès le premier km, je me bats avec un gros point de côté.

Anthony m’expliquera à l’arrivée que la position « aéro » sur le vélo  n’est pas top pour digérer et qu’il faut se détendre le ventre avant l’enchaînement. Je m’en souviendrai pour la prochaine fois. Donc, fatalement, je laisse filer Michael, et gère mes problèmes digestifs jusqu’au 5ème km. Dommage, je me sens bien à part ça, je n’ai pas de crampe. D’un coup, je retrouve ma foulée de l’entraînement et passe même en dessous des 4min au km (merci Garmin). Quel bonheur, mon corps me fait déguster un peu d’endomorphine et j’en profite pour «envoyer » encore une fois.

C’est alors qu’un triathlète de Marignane me rejoint et prend exactement la même foulée. Je lui dis : « c’est bon ça, on va s’aider !! » Quelle bonne ambiance sur ces triathlons tout de même, ça me change des courses VTT… Pourquoi je ne m’y suis pas mis avant, voire même in-utero comme ça j’aurais appris à nager…

Nous voilà donc lancés à plus de 14km/h avec mon ami improvisé. Au 15ème km, il me dit que je cours trop vite et lâche prise. Je regarde mon cardio, je suis à 86%. Je me dis que le cœur est là alors tout va bien.

Mais 5 km avant la fin, ce parcours qui a plus le profil d’un trail (458mD+ et 3 passages de 30m qui passent difficilement en courant), a raison de mes dernières forces et je préfère ralentir car mes jambes commencent à tirer. Mon copain marignanais me reprendra même et m’encouragera en me doublant.

500m avant la fin, la volée de 50 marches (oui des escaliers !!) fait très mal et quasiment tout le monde monte en marchant. Puis enfin voici l’arche perdu que je recherche depuis 5h45, la ligne d’arrivée où Michael et Olive m’accueillent chaleureusement !

Quelle ambiance, des danseuses toutes aussi belles les unes que les autres nous félicitent et Olive a encore la force de les admirer de la tête au pied !

On attend ensuite Anthony et Cyrille qui finissent sur les rotules. Bravo surtout à Cyril qui a trouvé la force je ne sais où de finir ce Half. Et à l’inverse de certains domaines, en tri, plus c’est long moins c’est bon !

 

Quel beau parcours tout de même et aucun regret.

Pour ma part, tout au plus quelques ajustements pour la saison prochaine et une bonne centaine de créneaux d’éduc en natation avec Driss en perspective !

 

MANZILLO Patrick MS4

282ème, 69ème/cat, 05:45:13.

Résultats du natureman 2012

Dechelle Olivier 190 5h28'
Leplatois Michael 230 5h37'
Manzillo Patrick 282 5h45'
Frison Anthony 588 6h47'
Boureau Cyrille 603 6h53'

l'avis d'Olivier

je dirai que nous avons une fois de plus franchi un cap à quatre! Pour ce qui concerne cette épreuve, une première dont je reste fier car le Natureman m'a permis de retirer cette appréhension de ce genre d'épreuve. Ma grande satisfaction reste sur ma perfomance en natation,surtout sur mes craintes vis à vis des eaux vives. Ma petite note de déception, des crampes répétitives sur la course à pied. Rageant pour moi sachant que c'est mon point fort! Dans l'ensemble, je dirai vivement le prochain!

 

Olivier

ce site a été créé sur www.quomodo.com