DUATHLON DE SALON DE PROVENCE 2016

8EME DUATHLON DE SALON DE PROVENCE 27.03.2016

COMME BENOIT A.

"Comme chaque année depuis que je suis au club, je m’aligne sur le duathlon de Salon. Après une « reconnaissance » du parcours vélo en cuissard et manches courtes la veille, la météo est moins sympa en ce dimanche matin. Mais mon site favori météociel annonce quelques gouttes seulement à partir de midi… On devrait l’éviter pendant la course !
10h le départ est donné et ça part sur un rythme très très très élevé… A croire que les premiers ont oublié qu’il y avait deux boucles… Non en fait c’est juste qu’ils ont profité de la douceur hivernale pour arriver à bloc à Salon ! Mauvaise nouvelle pour moi... Je prends mon petit rythme pour rallier le parc et prendre le vélo.
Arrivé dans le Val, je remonte petit à petit des groupes qui se forment, pas le temps de calculer si je force trop ou pas assez, je monte à bloc car c’est sur les 5 premiers kilomètres que la différence se fait. Arrivé en haut, je passe la plaque puis j’essaye de descendre les pignons, puis surprise, je ne peux pas aller plus loin que le milieu de la cassette… J’ai une première pensée, pourquoi hier après-midi, après avoir tout nettoyer et régler le matin, le dérailleur marchait parfaitement ??!! Puis j’ai une deuxième pensée, Benoit Aubert a fini Embrun avec le dérailleur pété et deux vitesses, il m’en reste le triple, la chance ! Après le plateau d’Aurons j’essaye avec mon pied de bouger le dérailleur sans succès, je commence à perdre des places, fait ch*** !!! Puis avant de me résigner à finir les 10km restant avec un braquet de VTC, je tape une dernière fois avec le pied sur le dérailleur, histoire de lui faire comprendre que c’est quand même un beau connard de me faire ça aujourd'hui… Magie du geste, toutes mes vitesses remarchent ! Ca craque un peu partout mais bon, c’est quand même mieux ! Je me remet dans la course puis je rerereprend les mecs que j’avais doublé puis qui m’avaient doublé et que je redouble… Bref après une descente à bloc je rentre dans le parc pour en finir avec les 2,3 derniers km… Difficile d’accrocher le top 30, je perds quelques places pour finir 35e pour un temps de 1h04’44’’… Tiens ça me dit quelque chose, petit tour aux archives, et je trouve mon temps 2015 : 1h04’44’’… Bon la bonne nouvelle c’est qu’en 1 an, j’ai pas régressé !
Merci encore à tous les bénévoles pour l’organisation, et aussi et surtout pour les encouragements, ça fait toujours énormément plaisir d’entendre son nom sur le bord du parcours ! "
émoticône smile
Juli en D.

MON PREFERE <3

"Le duathlon de Salon, c'est clairement mon duathlon préféré, et non je ne suis pourtant pas chauvin !! Il était donc impensable de ne pas m'y aligner. C'est toujours super agréable de retrouver tout au long du parcours des visages familiers et des encouragements chaleureux des personnes que l'on fréquentes toute l'année aux entrainements. Après un échauffement appliqué (pour une fois que je ne suis pas en retard), je me place au départ en 2ème ligne juste derrière Julien Devanne (pour essayer de prendre l'aspiration :p). Comme d'hab', départ très rapide, j'essaye de ne pas gaspiller de force et au bout de 200m je me retrouve derrière Adrien Arnaud. Je décide de rester derrière lui pour la première boucle ce qui me permet de me placer dans les meilleures conditions pour la deuxième boucle que j'entame en 17ème position. Adrien file et je ralenti légèrement pour ne pas me mettre dans le rouge. La deuxième boucle passe donc moins rapidement que la première et je perd 2 places. J'entre dans le parc à vélo en 19ème position, et en ressort 18ème. Je double trois duathlètes dès le début de l'ascension du val. Michael Iserable me dépasse tout en puissance, puis c'est au tour de Raphael (Serrapica) qui ne manque pas de m'encourager. C'est au sommet du val que je me décide d'accélérer, puis je retrouve le faux plat du plateau d'Auron qui me permet de revenir sur Adrien puis sur Killian Djellali. Je maintien alors ma 14 ème position dans une descente du Val que j'ai repérée 2 fois cette semaine. J'entre à T2, assez frais, alors qu'au même moment Paul Georgenthum (ex champion de France minime de triathlon) s'élance sur le parcours pédestre. Transition express et je m'élance, plus préoccupé à regarder derriere pensant à un retour de Djellali plutôt qu'à penser rattraper Georgenthum. Et pourtant après 1km je l'aperçois devant moi, je reprend espoir et accélère puis le rattrape. J'accélère encore le rythme mais il reste dans mes pieds jusqu'au parking de l'IUT. Je lui lance un "J'ai pas envie de sprinter", et il me répond "Vas-y". Youhouu j'avais vraiment pas envie de sprinter ça tombe bien ! Bref 13ème en 1h00'58". Bien loin de mes 1h08 de l'année dernière. Puis comme dit la pub "Et c'est pas fini"

Maxime S.
DSC_9339.JPG
12895285_10205752048473149_513615239_n.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com