LE DEFI MONTE CRISTO 2014

4 REPRESENTANTS DU CLUB CE WE SUR LE DMC !!

"Me voilà debout à 6h du mat comme un jour ordinaire et je file sur Marseille pas pour y bosser pour relever un défi.
Le Défi Monté Cristo 5km du Château d'If à la plage du Prado en passant entre les îles du Frioul.
Depuis une semaine je balise car j'ai jeté un oeil aux temps des années précédentes et... je pense avoir été prétentieuse et je me dis que je ne finirai pas la course.
Mais je ne pourrai le savoir que si je prends le départ.
Donc j'arrive à la plage du Prado je récupère mon bonnet et non le dossard j'enfile ma combi j'avale des pates je dépose mon sac à la consigne je garde une bouteille d'eau avec moi plus que 2h à attendre...j'ai le trouillometre à zéro...
Et je suis dans l'eau sur la ligne de départ et bizarrement plus de boule au ventre, l'eau est bonne et belle; très claire, très propre, plein de petits poissons scintillent sous moi.
Le départ est donné: il faut se presser de regagner les îles du Frioul car une fenêtre horaire est ouverte pour laisser passer les nageurs au détriment des bateaux.
Jusqu'aux îles tout va bien, juste un mal de tête et une grosse envie de pipi. Et c'est parti pour longer la côte je suis la corniche et je vise la grande roue.
Je respire sur ma gauche uniquement pour éviter la tasse mais j'en boirais quelques unes tout de même. La Bonne Mère veille sur moi, je l'aperçois du coin de l'oeil.
Un canoé me remet sur le bon cap, il est temps de regagner la plage la dernier bouée est à 300m. Zut je suis dernière car le dernier vient d'abandonner dixit le canoé qui me suit depuis un bon moment déjà. Mes épaules me brûlent j'ai mal aux bras j'ai la sensation que ma langue a doublé de volume à cause de l'eau salée, voila l'unique et dernier virage à gauche et c'est l'arrivée je franchis la ligne avec mon mal de tête du départ, l'envie de pipi je l'ai laissée en chemin.
Voilà défi relevé en 2h53. (le 1er en 1h06).

Très belle compétition une organisation au top à aucun moment je ne me suis sentie en insécurité. Je vous invite à relevé le défi quant à moi je vais y réfléchir à deux fois avant de m'inscrire l'année prochaine."

Marie-Christine

" Le Défi Monté Cristo, une course de 2 km sans matériel avec mes copines. Je l'attends depuis février (les inscriptions) et je le prépare vraiment depuis fin avril (sortie mer). J'espérais faire moins de 35 min, d'autres me voyais bien en 34' et d'autres en 33 min... (ils se reconnaîtront) Une mer bien agitée, un parcours qui change de côté, le départ approche et le stress monte.  Pas le temps de se placer devant ou de décider si je me cale côté droit ou gauche, le départ est donné. Le nageur est courtois et c'est même plutôt moi qui donne des coups : je suis dans la machine à laver jusqu'à la première bouée où je fais un excellent virage. Jusqu'à la 2ème bouée, le cap est dur à maintenir, les vagues arrivent sur le profil et nous sommes bien chahutés. Le virage à la 2ème bouée est très médiocre : un nageur s'est arrêté juste devant moi, impossible de passer. Je finis par me frayer un passage et je me dis dernière ligne droite. Je décroche la masse avec deux nageurs, qui au passage, n'ont de cesse de m'enfermer entre eux deux. Celui de droite fait une mauvaise trajectoire et nous le laissons derrière. A 100m, je suis en coude à coude avec le second nageur qui s'accroche. Je donne tout ce qui me reste et j'arrive avant lui ;-) Par contre, il avait la puce au poignet et moi à la cheville (défaut de triathlète...) du coup, le bip a été plus rapide pour lui....
Je fais 52ème au scratch, 7ème fille pour un temps de 24'48 ! Hyper satisfaite de ma course.  "

Monique

"Pour changer un peu, je me suis inscrit à la première course de natation de ma vie. Et quitte à se déplacer, j'ai opté pour deux épreuves, le 5 km et le 2 km le tout avec palmes. Je n'ai pas réussi à prendre un dossard "sans palmes", étant sur une épreuve cycliste le jour de l'ouverture du serveur.
Mais finalement, étant pêcheur sous marin, les palmes étaient avantageuses pour moi.
La préparation a été brève mais intense, en huit jours, 12h de palmes... dont 11h à courir derrière Loups et Daurades et 1h de test en situation réelle!

Samedi matin le 5 km, je croise Guy en prenant mon bonnet! Visiblement on était 2 du Salon triathlon sur cette épreuve.
Super organisation, on nous dépose sur le quai du Château d'If, on discute à l'ombre, il fait beau, il reste un peu de houle et de courant du au petit mistral de la veille, l'eau est claire. Des concurrents viennent d'un peu partout, Lille, Paris, Russie, Australie... L'ambiance est sympathique!

Le départ est donné, je prend un repère pour éviter de faire un slalom, et fait l'effort pour sortir du tumulte qui ceci dit est gentillet par rapport aux départs triathlons.
Le courant nous pousse latéralement, il descend vers le sud, du coup je constate que mes repères changent, sur cette première portion ce sera plus une courbe qu'une ligne droite!
J'aperçois quelques mètres en dessous dans l'eau claire une grosse bête, en une fraction de seconde j'imagine un plongeur bouteille puis un dauphin puis en tournant la tête vers lui j'identifie un poisson-lune de belle taille! Magnifique!
Le passage près de l'île d'Endoume est poissonneux, j'en prend plein les yeux!
Je dois régulièrement m'imposer d'accélérer car naturellement, j'ai l'habitude de nager pépère en surface en scrutant le fond...
Une fois le virage près de l'île effectué, c'est une ligne droite de presque 3 km qui nous attend. Je fixe une encoche à l'horizon sur les collines près du col de Sormiou, un grand bâtiment et la roue géante du manège. Je suis un peu isolé sur ma trace mais finalement vue sur le GPS  c'est un chemin assez court qui me permettra de faire 4,8 km au total.
Les trois premiers km je suis en 15 min puis j'accélère par la suite.
Je manque d'entraînement à la palmes, elles sont rigides pour l'apnée en profondeur, du coup j'ai mal devant les jambes. J'équilibre avec forçant un peu plus sur les bras.
Je passe la ligne en 1h09 ce qui à ma grande surprise me classe 64ème au scratch à 4,31 km/h sur 500 classés et 32ème des "hommes bi-palmes", les pingouins quoi!
Devant c'est les "mono-palmes" qui gagnent, les dauphins quoi!
À la sortie de l'eau, je croise une paparazzi qui m'a repéré malgré ma tenue incognito et hop voilà mon visage ravagé par l'effort immortalisé! Merci Monique!
Dans ces moments là il faut penser: "Et dire que dans 20 ans je regretterai la tête que j'ai aujourd'hui!"

Encouragé par ces résultats surprenants, j’arrive le lendemain sur le 2 km remonté comme une pendule, mais malgré tout en retard!
Pour ne rien arranger le départ est donné quelques minutes avant.
Je m'habille en sprint je mets les palmes masques tuba me faufile jusque qu'en première ligne et là pas le temps de lever la tête le départ est donné!
Pas de repères, je pars en aveugle en suivant des palmes mais je n'effectue pas la meilleure trace ne voyant pas la bouée dans le clapot. Un peu plus loin je l'aperçois je corrige puis je donne tout, c'est court 2 km en palmes du coup c'est très cardio! Je reviens sur deux "pingouins" sur la fin et termine au sprint derrière eux. Ils font 4 et 5, je suis dont le 6ème "pingouin"!
Devant c'est les 3 mêmes dauphins que la veille qui gagnent!

Résultats: 18min46, 15ème au scratch sur 146 classés et 6ème de ma catégorie. Bon pour la distance il n'y avait pas 2 km, même avec des palmes je ne sais pas nager à 6,5 km/h!
L'année prochaine je vais me donner un mois pour préparer cette épreuve...

Il y aura en plus ma copine, ma belle sœur et mon beau père au départ, ils ont été séduits par cette super épreuve!
Je vous la conseille à tous"

Ben

"C’est la mer qui prend l’homme…

Les pieds sur le ponton du Château d’If, je regarde à l’horizon la balise de Sourdaraset me dis que pour cette 10ème participation (approximativement) je peux sans doute siroter un peu plus ces 5000m et caresser les bouées d’un peu plus près…

J’avais donc prévu cette saison de prendre le départ du 5kms et du 2kms de ce Défi MonteCristo si convoité (inscription quasi impossible sur le web, un ange a du certainement me porter dans son estime pour que je puisse être présent aujourd’hui !)

Arrivés par le 1er bateau sur le ponton à 9h20 avec Benoît, on se met à l’ombre comme tout le monde et attendons jusqu’à 10h30 au moins pour prendre le départ. On a le temps de parler de notre saison, de nos bobos respectifs, on refait le monde (ah si toute le monde pouvait faire du sport, etc !) et on se jette à l’eau 10 mns avant le starter. La mer nous attend…

Connaissant le parcours de 5kms « comme ma poche » je me prends au jeu et tire des plans sur l’itinéraire à adopter pour gagner quelques mètres. J’avais oublié que pour la 1ère fois j’allais porter masque et tuba ! et sans respiration régulière et alternée on peut très vite perdre ses repères !

Résultat : mon temps est supérieur en palmes masque et tuba (1h38’ env) à l’habituel, avec lunettes et combi (1h35’ env)

Aussi, le lendemain sur le parcours de 2kms, je reviens sur « lunettes et combi » et là je m’éclate : meilleure glisse, parcours moins sinueux, l’impression de moins subir. Résultat : 25’46’’

L’organisation concrète de cet évènement porte littéralement le nageur. Tout est fait et prêt pour passer un très bon moment dans une eau où poisson-lune, méduse, banc de sardines nous côtoient sans danger à quelques mètres de profondeur. Il n’y a plus qu’à nager !

Mais le chapitre « inscription sur Internet » a une énorme marge de progression. Je n’ai aucun conseil à donner sur ce plan là car ayant tenté le mieux et je n’y étais tout de même pas arrivé en temps voulu. Il a fallu l’intervention d’un ange…

A retenir : si on aime nager, il faut tenter cette aventure qu’est le DMC. Peut êtreen commençant par le parcours 1km puis 2 puis 5, chaque année, mais il faut s’essayer sur ces compets’ extra triathlon, de même qu’il faut faire des cyclo, des raids afin de mieux appréhender notre sport favori.

Voilà. Quoi de plus naturel que de partir au large, faire ses gammes et revenir. Le plaisir est là. Il vous attend…"


Guy

 

 


* Benoît Aubert 5km avec matériel : 1'09'39, 64ème au scratch, 42ème homme et 32ème de sa catégorie sur presque 500 partants
Benoît Aubert 2km avec matériel : 18'46, 15ème au scratch, 9ème homme et 6ème catégorie sur 166 partants.

* Guy Chabuel 5km avec matériel : 1'38'50, 380ème au scratch, 249ème homme et 227 de sa catégorie sur presque 500 partants.

* Monique Stoclin-Patteri 2km sans matériel : 24'48, 52ème au scratch, 7ème fille et 7ème de sa catégorie sur plus de 200 partants.

* Mendez Marie-Christine 5km sans matériel : 2'53'12, 541ème au scratch, 101 fille et 71ème de sa catégorie sur plus de 500 partants.




ce site a été créé sur www.quomodo.com