Marseille Cassis 2013

MARSEILLE CASSIS 2013

Rendez-vous pris le 27/10 à 5 heures pour courir le célèbre 20 kms de  Marseille –Cassis
Premier problème : le changement d’heure, est-ce que mon téléphone qui me sert de réveil changera automatiquement d’heure ou faut-il que je me réveille toutes les heures afin de vérifier que l’heure affichée est la bonne ?
J’arrive donc à 5 h 50, heure du rendez-vous devant l’office notarial de Salon, il n y a personne….
Et mince j’ai trop dormi ou pas assez ?, c’est dans quel sens que l’on change l’heure, plus j’avance dans mes réflexions, moins j’avance dans les certitudes.
Arrive enfin Jonathan, puis thomas, à moins d’être tous les trois dans l’erreur, j’ai vu juste.
Arnaud et Piou arrivent ensemble, à moins d’être tous les cinq dans l’erreur, j’ai vu juste
Puisque l’on a pris ma voiture, une 7 places, je me glisse derrière le volant, thomas et ses ‘au moins deux mètres’ se glisse à mes côtés.
Arnaud, Piou occupent la banquette arrière, Jonathan la banquette derrière la banquette arrière, le coffre réduit à sa plus simple expression reçoit les sacs (donc derrière derrière, la banquette arrière)
On passe récupérer Nadir à Pelissanne qui s’assoit entre Arnaud et Piou
A moins d’être tous les six dans l’erreur j’ai vu juste
Direction Cassis, pour demander à Jonathan son objectif, je dois hurler, surtout que Piou dans une réplique désormais célèbre, nous confirme  qu’il parle l’arabe couramment…mais ne le comprends pas
Hilarité générale, le ton est de bon augure.
Le trajet se passe en conversant sur le bien-fondé du nouveau boiter de télépéage, bien plus petit que l’ancien….
D’ailleurs on s’en sert à maintes reprises, vu que notre option sur la sortie d’autoroute fut malencontreuse, certains y voient déjà de mauvais signes, d’autres argumentant qu’un retard sera largement compensé par une arrivée triomphale dans un chrono extraordinaire pour tous…
Enfin, après s’être garés, nous montons dans le bus devant nous emmener à Marseille.
Piou connait la moitié des cinquante personnes présentes dans le bus.
Personne d’entre nous ne bénéficie de sas préférentiel, sauf Nadir, et que le refus de l’organisation d’accorder un passe-droit à célébrissime Salon triathlon, c’est donc dans une foule immense que Piou, Arnaud et moi-même perdons de vue, Jonathan et Thomas (qui finalement n’est pas si grand que ça au milieu de 15000 personnes)
A moins d’être 15000 dans l’erreur, j’ai vu juste.
Bon PAN c’est parti, puis 20 kms plus loin on est arrivé
A l’arrivée, on met environ deux heures pour se retrouver tous ensemble à ma voiture, seul thomas est encore absent.
Tant mieux pour Nadir, qui en profite pour lui ‘ voler’ la place à côté du conducteur, place qu’il mérite puisque qu’il a fini devant tout le monde, et toc.
Je passe la décision collégiale, de prendre une route secrète, d’environ 10 kms pour permettre à thomas de se soulager de quelques pas pour nous rejoindre.
Encore une heure dans un interminable embouteillage, puis direction Salon
Je glisse un CB pour remonter l’ambiance qui s’installe, la flute enchantée et son célèbre air de la Reine de la Nuit : Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen, Piou nous confirme que qu’il bien qu’il ne parle pas allemand….il ne le comprends pas…ouf

Bon et la course ?, ben on a couru, on en garde un bon souvenir, et le résultat final c’est que l’on s’est bien amusés tous ensemble.
Au fait pour le changement d’heure, il fallait bien reculer d’heure, à moins que cela soit le contraire.

Vincent Garcia

ce site a été créé sur www.quomodo.com