Accueil

LE TRIATHLON, C'EST FAIT POUR MOI...
LE TRIATHLON, C'EST FAIT POUR TOUS !

 
SPECIAL EMBRUN
 

NICOLAS M.FINISHER EMBRUNMAN ALIAS ZAMAURRAS

"Eté 2012 : Après être entré dans la confrérie des cinglés du Ventoux, nous cherchions à faire une nouvelle épreuve un peu différente. Anthony Frisson était parmi nous et pratiquait déjà du triathlon. Il nous a suggéré de faire un Ironman. Oui mais lequel ? Nice ou Embrun ? Si tu dois en faire qu’un dans ta vie, il faut faire l’embrunman me répond-il, il est plus dur mais plus prestigieux. Ok mais alors dans 2 ans alors car pour l’instant je ne sais pas nager.


15 aout 2014 : Me voilà au départ. Les deux semaines précèdent la course, je trépignais d’impatience comme un enfant attend le père noël. Tous les signaux sont verts. Pas de fatigue, aucune blessure, la conviction d’avoir fait une bonne préparation et la certitude d’être finischer si je n’ai pas un ennui mécanique.  


6h00 : Top départ, on va enfin se réchauffer ! Il faisait très froid autour du lac. Je plonge rapidement dans l’eau et je cherche un peu de place pour nager. C’est énorme ! On est nombreux, ça tape de tous les côtés. De la vapeur d’eau s’échappe du lac, il m’est impossible de voir les bouées. Je décide alors de suivre les gens qui me précèdent, comme un mouton, en espérant qu’ils ne se trompent pas. Seulement je m’aperçois que des individus me traversent un coup par la droite, un coup par la gauche. C’est moi ou eux qui ne nageons pas droit ? Pour viser la deuxième bouée, c’est plus facile, il y a un camion de pompier qui fait office de phare. Mais à ce moment je commence à avoir de la buée dans mes lunettes «Erreur 1: j’ai oublié de les mouiller avant le départ ». Faut que je m’arrête, hors de question de continuer sans voir ou tu vas. Je ne vous raconte pas la frayeur ! Ça arrivait drôlement vite derrière ! Si je ne me dépêche pas ils vont me noyer ! Surtout qu’il n’y en a pas un qui semble lever la tête ! Voilà que je me mets à battre des jambes rapidement pour sortir les épaules et crac, crampe au mollet ! Je repars sain et sauf mais inquiet d’avoir crampé si tôt. Qu’est-ce que ça va donner pour la suite ? Pendant le deuxième tour, ça tapait toujours. Je sors de l’eau en 1h15 sans forcer. Nickel.


7h15 : Entrée dans le parc de transition. Quel moment émouvant ! Les copains du village sont là avec la famille. Ils mettent le feu. On n’entendait même plus la sono. J’avais la larme à l’œil. Le départ pour le vélo s’est fait doucement. Lors de mes cyclosportives, je me mettais la barrière à ne pas franchir à 160puls et pour Embrun, étant donnée qu’il faut finir par un marathon j’ai décidé de ne pas dépasser 150 ce qui a eu comme conséquence que  je n’arrêtais pas de me faire doubler dans la montée pour Réallon. J’ai écouté les conseils qui disaient : « Roule au cardio, cherche pas à suivre, l’euphorie du départ fait que beaucoup sont en sur-régime. Prends ton temps la journée est longue ! ». Je suis certain que c’était des bons conseils. Durant la descente, la roue avant se met à sauter ! Un œuf sur le flan du pneu ! Erreur 2 : j’ai monté un pneu et je n’ai pas roulé avec. Heureusement que je ne pince pas ! Petit arrêt pour réparer ça et c’est reparti jusqu’au bout sans problème. Je pose le vélo après 8h14 alors que j’espérais mettre un peu moins de 8h mais le vent ne nous a pas aidé. J’ai seulement perdu 5 places ce qui n’est pas si mal.


15h41 : Départ pour le marathon. Je croise Marcel Zamora qui bouclait sa course puis Jacques Rebufa qui finissait son premier tour. Petite tape dans la main ! Allez Jacques tu es bien ! Le fan club est toujours là et encore plus chaud. Je ne vais pas les décevoir ! J’ai la sensation d’avoir les jambes neuves et ne ressent plus la crampe du matin. Cependant je suis ballonné et les besoins  naturels (BN) vont me gêner quelque peu. Je réalise le premier tour en 1h59 avec un arrêt BN. Début du deuxième tour toujours aussi bien jusqu’au 27eme km où arrive le mur. Je me mets alors à marcher. Mon beau-frère et mon filleul viennent à ma rencontre entre le km 29 et 30. Ils me motivent pour reprendre à courir à partir du km 30 et je ne m’arrêterais plus. Ils me suivront jusqu’au retour à la digue km39. Je boucle le deuxième tour en 2h39 avec 4 arrêts BN. J’ai gagné 117 places sur le marathon.


20h19 : Le passage de la ligne d’arrivée se fera avec mon filleul et mon neveu après 14h19 d’effort.


Je souhaite remercier ma famille et mes amis qui m’ont encouragé, le président et les membres du bureau qui font vivre le club, Driss et Jérôme pour leurs conseils et professionnalisme, Patrick Cozza pour le plan d’entrainement et les copains du club qui m’ont donné la joie et l’envie de venir m’entrainer.

Bravo Jacques, Ben et Mickael, on est tous finisher.

Santé et à bientôt sur les terrains d’entrainement !"


Zamaurras, 499ème en 14h19

 
image.png
 

MICHAEL L. FINISHER EMBRUNMAN

"Je n’arrivais plus à marcher il y a quelques semaines… mais je suis ‘finisher’ à l’EmbrumMan J !

 

Il y a de cela pratiquement 6 mois, j’ai eu une tendinite coriace sous le genou droit qui m’empêchait de pouvoir courir. Qu’à cela ne tienne, je décide d’arrêter l’entrainement en course à pied pour me concentrer sur le vélo. J’allais plutôt bien, jusqu’à ce qu’une crise de polyarthrite me bloque toutes les articulations en moins de 3 jours (orteils, chevilles, genoux, coudes, poignets,…). Impossible de marcher normalement et je dois me cramponner dans la douleur pour réussir un mouvement simple comme me lever d’une chaise. Est-ce que cela est dû au surentrainement ? Je ne le sais pas pour le moment mais j’espère sincèrement que mon problème ne venait que de là et que je n’aurais pas de nouvelles crises à l’avenir.

Mon médecin me donne un traitement à la cortisone qui me calme rapidement mais je sens encore des douleurs et il n’est alors plus question pour moi de m’aligner sur Embrun. J’essaye de faire profiter de ma place à quelqu’un du club… mais personne ne se manifeste. Tant pis… Je pars en vacances en famille pour 3 semaines… sans vélo et sans basquets.

Pendant mes vacances, les douleurs finissent par disparaître complètement. Ah… en voilà une nouvelle qu’elle est bonne ! Et l’EmbrunMan commence doucement à m’obséder. Et si je prenais le départ ? J’en parle à ma femme (Hélène) et à mes enfants, qui m’encouragent dans un premier temps : « Bonne idée… Tu pars tranquillement et dès que tu sens des douleurs, tu t’arrêtes. » Par la suite, mon beau-père qui était médecin me déconseille fortement de le faire. La polyarthrite est à prendre très au sérieux, et il faut que je fasse des analyses supplémentaires… et en aucun cas je ne dois faire cette course. Ca me refroidit évidement, et l’attitude d’Hélène change : plus question que je prenne le départ !

Quelques jours passent… Nous en reparlons… Ma détermination est trop importante : je prendrai le départ tout en essayant de rester prudent (je sais, cette phrase n’a pas de sens).

 

Lundi 4 août : retour de vacances. Plus que 10 jours avant le départ ! 6 mois sans courir, 2 mois sans aucun sport… Je décide de faire quelques sorties pour voir comment mon corps réagit. Deux sorties en piscine : tout va bien (même si j’ai toujours été un piètre nageur). Deux sorties de 40’ de course à pied : ça se passe bien. 4 sorties de 50 kms en vélo juste pour dérouler un peu : là aussi tout semble fonctionner. Je suis prêt à prendre le départ J !

 

Vendredi 15 août, 6 heures du matin, c’est le grand jour ! Je fais la natation avec beaucoup de plaisir en 1h22’. J’aurais bien fait un tour de plus, tellement on était bien. J’arrive à la transition, et sans surprise Jacques, Ben et Nicolas sont déjà partis. Pour le vélo, du fait que je ne suis pas à quelques minutes prêt, je prends le temps de me changer complètement pour partir bien sec. Je gère tranquillement ma course et je passe l’Izoard sans (trop) de difficulté. Evidemment, je sens que je manque de puissance… mais je suis tellement content d’être là que j’apprécie chaque moment en me disant que je ne pensais pas aller si loin. Par contre, la montée de Chalvet (5 kms de montée juste à la fin de la partie vélo) ne se passe pas bien du tout. Je suis épuisé… Je pose le pied à 500m du sommet et j’ai beaucoup de mal à repartir. J’arrive à la transition, et je suis déterminé à continuer. Je vais prendre mon temps (15 minutes de transition !), marcher beaucoup… courir quand j’en ai la force… et je sens que je vais aller au bout.

Je passe la ligne en 15h20’ avec ma femme et mes enfants. Un instant inoubliable !

 

Ma saison 2014/2015 va être allégée pour me surveiller un peu… et si tout se passe bien, je tenterai un nouvel IronMan en 2016.

 

Bravo à Jacques, Ben et Nico pour leurs belles performances. Nous étions 4 de Salon Triathlon… et 4 ‘finishers’ !"

 


Michael L., 772ème en 15h18

LES REACTIONS

"Un grand bravo à tous et c'était super sympa de vous lire."  Sabrina


 

BENOIT A. FINISHER EMBRUNMAN

"Deuxième participation, et première participation pour mon poulain devenu étalon! Il y a deux ans avec nos gros ventres en buvant des boissons anisées, on avait parié...
39 kg plus tard à nous deux, les résultats sont là et la satisfaction à la hauteur du chemin parcouru!

Cette année j'étais dans des dispositions particulières. Contraint à ne pas courir ou presque (120 km en 12 mois) à cause d'une tendinite à la hanche déclarée en juin 2013. À vrai dire quand on est lourd, qu'on a un problème de parallélisme flagrant et qu'on a jamais couru parce qu'on aime pas ça, en débutant le triathlon même avec prudence la question est: à quel moment je vais me blesser? J'ai la réponse!

Par contre j'ai été séduit par Embrun l'année dernière, et pas seulement par la faune migratrice peuplant le plan d'eau le 15 août!
J'avais en ma faveur une meilleure condition physique générale et un meilleur niveau en vélo. La comparaison des performances sur les cyclosportives ou les triathlons déjà réalisés me laissait entrevoir quelques espoirs d'améliorations notables...
Je visais moins de 13h30 soit 30 min de mieux que l'année dernière. Ayant gagné 15 min à Manosque sur un M, c'était raisonnable de penser ça.

Malheureusement quelques jours avant, un 2ème handicap est venu s'ajouter à la tendinite. Un virus qui passait tranquillement d'un membre à l'autre de la famille s'est installé chez moi. Coup de fièvre, une nuit à claquer des dents sous les couvertures, une rhino-pharyngite sinusite, rien de grave pour quelqu'un qui n'a pas l'Embrunman dans son agenda le vendredi.
Le matin je me lève quand même, défoncé, pour aller encourager les copains sur le courte distance. Cyril dans l'aire de transition à 10 m me dit "qu'est ce que tu as, tu as encore bu?" :-) J'aurai préféré!
J'étais épuisé et un peu inquiet. Mon état s'est amélioré progressivement au fil des jours mais malheureusement le matin du 15 août je n'étais pas totalement remis.
J'ai du faire un gros travail mental pour y aller dans le but de faire moins bien!
J'ai changé d'objectif, simplement finir! :-(
Je suis présent avec les copains et je vais pouvoir suivre Nico dans la réalisation finale de son défi! C'est le principal!

Le départ est donné, grosse émotion, ça chahute beaucoup, c'est pas très large et on est plus de 1200 à vouloir aller au même endroit!
Ça reste tout de même cordial voire chaleureux!
Je nage sur la réserve mais avec la sensation de forcer un petit plus que l'année dernière. Je sors une minute plus tôt en 1h16 (675ème temps) mais une minute plus tard que mon poulain qui a déjà mis son cuissard quand j'arrive dans l'aire de transition.
Là c'est du délire le Charleval fan club de Maurras, renommé depuis la bringue d'y hier soir Zamaurras, est en folie! Les barrières métalliques commencent à fondre!
J'ai l'impression qu'il n'y a qu'eux comme spectateurs! Ils ont fait la une d'un site de triathlon d'ailleurs!
Nico part avec son vélo, là c'est à la limite de la lésion auditive!
J'ai la chance de bénéficier du titre de supporté en second, ça donne les frissons!

On débute par la côte de St Appolinaire, abordée tranquillement le temps que tout se mette en place.
Je rejoins Nico, on discute un peu puis je reprend mon rythme. Je rejoins ensuite Stan un copain rencontré lors d'une reconnaissance du parcours en avril. Je l'ai surnommé Mister Plaque, il a effectué la sortie entièrement sur la plaque, un 52*25, même la rampe de Brunissard et la côte de Pallon!!!
Dans les descentes et sur les parties roulantes je rattrape beaucoup de concurrents, dans les côtes je perd quelques places. Je manque de force, je me mouche tout les 4 km, je tousse, je vois mes objectifs horaires s'envoler. Je n'arrive même pas à rester sur le même rythme que l'année dernière. Moralement c'est pas facile. J'ai le cœur entre 70 et 75%, et je sens que si je fais le forcing pour augmenter le régime je vais bâcher.
Tant pis on va faire avec les moyens du jour.
Par contre je mange comme jamais, 3000 kcal absorbées sur le vélo! Le cœur étant bas, le tube digestif est irrigué correctement et fait sont travail tranquillement.

Je passe quand même l'air de rien devant le photographe à 2 km du sommet de l'Izoard sur la roue arrière, le bouffon de Liège est touché mais pas à terre!

Le vélo se termine difficilement avec un fort vent de face, plus fort que l'année dernière. Vu mon état sur le vélo, je suis très pessimiste en pensant au marathon. J'ai du mal dans mon sport alors qu'est ce que ça va être?
J'ai envie de bâcher alors je fait le point. J'ai peu de force, j'aime pas trop courir, je suis pas entrainé à ça, j'ai l'incertitude au sujet de ma tendinite, et il y a 42 km à faire.
Je cherche une source de motivation. Heureusement j'en trouve une, la photo à l'arrivée avec ma fille comme l'année dernière mais aussi avec mon fils! C'est bon, j'ai plus aucun risque d'abandon je suis déterminé.

Je termine le vélo en 7h44 soit le 366ème temps. J'ai gagné 278 places contre 500 l'année dernière.

En rentrant au parc, le fan club de Zamaurras est en délire, j'effectue un habillage subtil pour animer un peu tout ça (même si c'est superflu!) sans non plus me prendre un carton par l'arbitre!
Je profite d'un massage des jambes et me ravitaille en même temps. Les 2 kinés hallucinent sur le niveau sonore des encouragements! Ils sont impressionnants les Charlevalois!

Je sors du parc et puis là surprise je commence à courir et je me sens bien! Je décide de gérer en partant à 70%, en marchant à tout les ravitaillements dès le 1er et dans les côtes dès 75% de FC max atteint.
J'ai l'impression d'être vraiment lent mais finalement je fais le premier semi en 2h15, comme l'année dernière où parti trop vite j'avais explosé et souffert copieusement.
Et là lorsque je passe le semi je suis encore frais et énergétiquement parlant tout neuf. Surprenant!
Je me donne des objectifs intermédiaires, faire des tranches de 7 km en 45 min afin de boucler le marathon en 4h30.
Au bout de 34 km je sens une baisse de performances malgré une alimentation nickel et une digestion de rêve! C'est tout simplement l'épuisement qui commence à pointer le bout de son nez.
La famille de Nico, la femme de Mickael, ma copine, mes parents, mes enfants et tous les anonymes qui cherche rapidement notre prénom dans la liste m'encouragent et me donnent des forces.
Mon père comme l'année dernière m'accompagne sur le 2ème semi et me soutient sur certains secteurs puis une arbitre nous donne un avertissement en arrivant au plan d'eau. Je file tout seul.
Je tiens le rythme en mettant un peu plus de mental puis au 39ème km la douleur aux genoux devient vraiment vive, je suis dans l'obligation d'alterner marche et course, je lâche 5 min sur mon planning pour passer la ligne avec ma copine, mon fils sur le bras gauche,10 kg et ma fille sur le bras droit, 12kg en 4h35 (422ème place et grosse surprise j'ai gagné 14 places sur le marathon, une 1ère pour moi sur la partie course à pied!).
Ça tire dans les bras, je marche tranquillement en savourant cette dernière ligne droite, je regarde le public, je perd 5 places mais quelle émotion etquel bonheur de boucler cet Embrunman en gagnant 8 min malgré les difficultés du jour!"

Benoit A., 383ème en 13h50


J'ai eu le sentiment de faire ce longue distance en sous régime mais finalement ce manque de force en vélo m'a permis de me préserver et d'être mieux sur le marathon.
Petite frustration quand même de ne pas avoir pu faire un résultat à mon niveau mais satisfaction d'avoir fait le taf!
Ceci me laisse un petit goût d'inachevé... Un troisième Embrunman en revenant plus fort??? J'ai pas encore la réponse!
 
image_1.png
 
Michael_EmbrunMan2014.JPG
 

TRIATHLON EMBRUN "M" ET ENFANTS

103ème Bruno B. 2'35'56
326ème Guillaume Z. 2'56'10
406ème Stéphane Q. 3'01'20
470ème Cyrille B. 3'06'04
DNF Maxime S.

40ème Lucie G. 11'37 (pupille)
12ème Clément G. 18'21 (benjamin)

JACQUES R. FINISHER EMBRUNMAN

"EMBRUNMAN 2014: c'est fait!

Petit matin 3h30, je me réveille doucement: la journée va être longue.... Si tout va bien je vais être embrunman ce soir! Mais pour ça il y a de la route alors il faut procéder par étape et ne rien oublier: être méticuleux, appliquer le plan que je travaille depuis le début de la saison. 
Etape une: ENERGIE: appliquer le schémas de base un gel par heure de vélo, deux sandwiches au gruyere que je récupérerai au col de l'Isoard et des petits comprimés pour mettre dans la boisson (non que des electrolytes je vous jure!)
Etape deux: LA CAISSE: remplir la fameuse caisse sans mettre de superflu mais sans rien oublier non plus 
Etape trois: ben quand faut y aller..... allez c'est parti il fait nuit, il est 4h00 cap  sur le plan d'eau, je suis serein!
Etape quatre: TOP DEPART! je rencontre mes p'tit copains salonais que je n'ai malheureusement pas croisé la veille, préférant user de mon temps libre à honorer de ma présence mon fan club parisien -si!si!si! ma soeur et sa petite famille habitent Paris!-
Avec Nicolas Zamaurras on échange nos impressions. Il me donne des petits conseils qui montrent que ces derniers mois ont été exploités à fond pour étudier toutes les tactiques de courses et ne pas se laisser piéger: "Pars à droite c'est plus court!" me conseille-t-il, il a bien raison mais les autres y ont pensé aussi apparemment.... ;)
Bref la pression monte et c'est parti, l'eau est bonne 21°C contre un petit 13°C à l'extérieur, c'est trop bon! on m'avait dit que ça taperait un peu. Et effectivement ça a tapé, et longtemps, j'ai eu l'impression qu'un gars a nagé dans mes pieds du début à la fin: il me touchait les pieds sans arrêt! j'ai bien essayé d'aller dans les algues pour les semer mais un autre vers les 3000m m'a même atrapé la cheville. Manque de bol (ou pas?) j'ai eu une crampe au mollet quand j'ai cherché à le dégommer! C'est bizarre d'habitude j'ai pas de crampes.... la fin de la natation arrive et je regrette la chaleur de l'eau: qu'est-cequ'on était bien!
Ensuite on enchaine par........ le VELO! Je retiens que j'ai eu froid.... très très très froid au début. Le parcours était ombragé, malheureusement, et jusqu'au 70ième kilo ça a été galère! Ensuite tout s'est enchaîné comme à la reco du 9 Juin (merci la ligue provence de tri.): Isoard, ravito, Briançon, sandwich, champcella, et( ....) Chalvet (la bête) bref tout nickel même le vent de face qui était prévu!
Et là, le moment tant attendu qui arrive après les 188km à vélo: le MARATHON! je l'ai trouvé pentu ce marathon. Jamais vraiment plat, et même sur le peu de plat, il y avait toujours ce vent! Bref un marathon au parcours corsé mais varié -ça aide à encaisser- Zamorra -l'unique- me met un tour dans la vue au 18ième kilo, ça calme! Par contre un public très présent sur tout le parcours et bien sûr clin d'oeil à tous mes fans (big up!) et à tous ceux qui ont crié allez SALON! Je coise au passage Nico qui a l'air en forme et serein, et Mickaël qui lutte un peu plus,  mais à ce stade là on serre tous les dents!
Voilà 12h13 d'effort et j'y suis: EMMMMMBBBBBBRRRRRRUUUUUUUUMMMMMAAAAAAANNN!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
J'apprendrai par la suite que tous les autres Salonais ont fini ce qui sera la cerise sur le gros gateau  vu tout ce que ça représente de s'aligner sur cette course mythique! BRAVO Ben Nico et Micke ------>    LES GARS ON L'A FAIT!!!!         :) P..... je suis bien content !!!!! "

Jacques R. 87ième en 12h13'


photo 1(2).JPG
IMG_20140810_065424.jpg
Départ du Courte Distance Embrun Live ;-)
image_1.jpeg
image.jpeg
image_2.jpeg
image_3.jpeg
LE LIVE DU "M" DE EMBRUN :
1er Salonais Bruno, puis Cyril, puis Stéphane et Maxime !!

TRIATHLON D'ARDECHE 2014




Pour visualiser les premières photos, c'est en cliquant ici !





* Chez les 6/9 ans :

HERMITANT Marin : 9ème catégorie en 9'22'08
GREIN Lucie : 3ème catégorie en 9'56'57

* Distance "S" :

BAGOT Magalie : 194ème au scratch, 5ème catégorie en 1'32'26
GREIN Michel : 235ème au scratch, 83ème catégorie en 1'39'04

* Distance "M" Relais :

LES COUSINS MACHINS (AnneLyse et Gael PRADEL + le cousin) : 
10ème au scratch, 2ème catégorie en 2'33'33

* Distance "M" :

FONTAINE Julian : 23ème au scratch, 17ème catégorie en 2'12'52
CROSA Jonathan : 197ème au scratch, 108ème catégorie en 2'33'08
CARANTA Bruno : 221ème au scratch, 81ème catégorie en 2'34'38
SAUZEAU Yvan : 333ème au scratch, 168ème catégorie en 2'42'28
CAUGANT Arnaud : 339ème au scratch, 137ème catégorie en 2'42'42
LAWSON Nicolas : 384ème au scratch, 189ème catégorie en 2'45'42
FONTANEL Franck : 513ème au scratch, 225ème catégorie en 3'00'53
HERMITANT Céline : 588ème au scratch, 28 ème catégorie en 3'19'42
GREIN Mireille : 609ème au scratch, 34ème catégorie en 3'30'54

Bravo à Tous !!

Monique


 

c'est la rentrée!!



Il nous faut maintenant penser à la rentrée et qui dit rentrée, dit "certificat médical"! Pensez-y, c'est la pièce la plus importante du dossier d'inscription.
Nous mettrons rapidement en ligne la procédure d'inscription qui sera simplifiée cette année.

Le week-end du 13 et 14 Septembre nous avons 2 rendez-vous importants:

Le premier c'est le Samedi 13 avec le Forum des associations sur la place Morgan de 10h à 18h. N'hésitez pas à venir et tenir une petite permanence pour renseigner les personnes interessées.

Le deuxième c'est le Dimanche 14 avec le Triathlon de Peyrolles organisé par Durance Triathlon. Le format S de ce Triathlon est un objectif Club, et dans ce cadre l'inscription de 22 euros sera remboursée par le Club. N'hésitez pas à vous inscrire rapidement (avant le 7 septembre).

Nous allons également redémarrer les entraînements la semaine du 8 septembre aux horaires habituelles... à vos chaussures et maillots de bain!


Arnaud
 

TOUR DE L'OLIVIER ISTRES 18EME EDITION : DIMANCHE 7 SEPTEMBRE 2014 A 9H30

Parcours urbain et péri-urbain, cette course pédestre fait le Tour de l’Etang de l’Olivier, avec un final sur les rives et bords de l’Etang.

En plus de ce 10.7 km se déroulent également un Parcours Handi de 1.8 km et une Marche de 7.8 km.
Les tarifs sont de 13€ et le jour de la course de 15€ pour les coureurs
Pour les marcheurs, un tarif unique de 10€
Pour la course handi : gratuit

Pour les renseignements : Maison Pour Tous d’Istres – 04 42 55 32 20

Pour information : une Course Enfants (environ 140) est organisée la veille, le 6 septembre 2014, après-midi. Les inscriptions sont gratuites.

Départ : Dimanche 7 Septembre 2014 à 9h30

2 parcours :

  • – 10,7 km / Course (Dénivelé 40m)
  • – 7,8 km / Marche

  

Inscriptions en ligne sur : -www.courirenfrance.com

Par téléphone : 06 03 06 19 76


 

SARDINES TITUS TRIATHLON 2014 : INSCRIPTION

"Vous avez apprécié les 3 première éditions du Sardines TITUS Triathlon, ville de Cassis . Pour sa 4ème édition qui aura lieu le dimanche 12 Octobre 2014 ne manquez pas l'ouverture des inscriptions en ligne qui se ferra le jeudi 29 mai 2014 à 9h00 . Rendez vous sur http://www.ats-sport.com/ pour vous faire bénéficier d'un avantage exceptionnel pendant le week end de l'ascension ....

La vidéo de l'édition 2013 : http://vimeo.com/79449926

Sardinement"

Vincent PAOLI
pour le comité d'organisation
 

5i50 MARSEILLE (1)

"Dimanche 27 juillet avait lieu pour la 2ème année consécutive le triathlon 5i50 de Marseille.
Pour cette course, le départ était prévus à 7h! Réveil sanglant à 4h du matin donc...!
Comme à chaque fois sur une course au label ironman il faut déposer le vélo la veille dans le parc. C'est embêtant mais nécessaire peut-être au vu du nombre de participants.
Le dimanche matin quasiment tout est prêt donc, il y a juste à vérifier la pression des roues, à mettre un bidon sur le vélo et à se rendre sur la ligne de départ.
Partent d'abord les pros, puis les féminines et enfin la masse des triathlètes.
Je prends un bon départ mais me prends rapidement un coup de battement de jambes dans la main ce qui a pour effet de me tordre le doigt. Je temporise un peu sur le coup de la douleur, ayant peur que mon doigt soit foulé, mais finalement au bout de quelques minutes d'effort la douleur disparait je pose ma nage et j'ai l'impression d'avoir de bonnes sensations. A la sortie de l'eau, le choc, je m'aperçois que j'ai mis plus de 26' pour nager le 1500 ! Tant pis je me rattraperai à vélo. Ma transition est correcte même si je rate ma montée sur le vélo et finit presque dans une barrière (oui je suis lucide à ce moment-là). La traversée de Marseille se passe plutôt bien, je commence à remonter des concurrents. La montée de la gineste est un pur régal j'ai l'impression d'aller vite mais il faut dire qu'on à vent de dos. Au demi-tour le vent est de face et de suite les sensations sont beaucoup moins bonnes! Je me cale dans les prolongateurs pour prendre le moins de vent possible. La descente de la gineste est tout aussi agréable que la montée, même si l'on s'aperçoit que le drafting est omniprésent chez 90% des concurrents lorsqu'on les croise dans descente. La route est large mais rien à faire ils sont tous roue dans roue!
Arrivé au parc à vélos, je me fais surprendre à la descente du vélo j'ai oublié de retirer mes pieds des chaussures! Du coup ma descente du vélo est à l'image de ma montée...
C'est partis pour la CAP, les sensations sont bonnes, je croise tour à tour Gaël, Jonathan et Anthony. Je cours ce 10 kms en 38'18'' ce qui est rare pour moi sur un tri! Très content de ma course à pied pour une fois d'autant plus que ça n'est pas un 10 kms plat et le mistral n'arrange rien.
Je termine ce triathlon avec un temps final de 2h16. Content de ma perf sur le papier mais déçu de ma natation chaotique.
Prochain triathlon, celui des gorges de l'Ardèche le 23 août. Je le fais depuis 2ans et c'est un de mes préférés! Hâte d'y être donc!

Julian F.

Les résultats en cliquant ici !!

 

5i50 MARSEILLE (2)

"Réveil à 3h30 en ce dimanche matin de fin juillet pour participer au 5150 de Marseille. Comme par hasard, le réveil se passe bien, mieux que pour aller travailler.

Le temps de peaufiner les détails, c’est l’heure de partir sur Marseille ou mon vélo m’attend dans le parc depuis la veille (il n’a pas passé la nuit seul, il y a un petit millier de compères).

5h30, arrivé au parc et mise en place tranquillement sans se stresser du reste du matériel. Une fois tout en place, direction la plage pour s’échauffer et là, surprise, je tombe sur un compère du club, Anthony. Après avoir discuté un peu, direction la mer pour en prendre la température et s’échauffer un peu. Agréable surprise, la température de l’eau est excellente, elle est même donnée à 23.5°C.

Arrive, 7H et le départ des Pro. Impressionnant à voir partir, ça part fort et vite. 7H05, départ des filles. Plus que 5 minutes et c’est à mon tour de m’élancer.

C’est partie. Après l’habituel petit combat au départ, rapidement j’arrive à trouver un peu d’espace sur une mer assez calme. Calme, ça c’est que au début, passé la jeté, les vagues commence à arriver (et oui, il y a du mistral). Mais bon, faut aller de l’avant et là on repense aux entrainements de Driss et à ses exercices techniques où on nage en amplitude. Sur le retour, difficile de garder le cap et de voir les bouées, le soleil se lève juste dans nos yeux. Finalement en suivant des yeux des nageurs sur ma droite et ma gauche, je fini par apercevoir l’arche d’arriver de la partie natation.

1ière transition et me voilà partie pour la partie vélo.

Peu de temps après le départ vélo, voilà que j’entends des encouragements dans mon dos, c’est Gaël qui me rattrape et me passe. Ca me relance un peu, mes faut pas se bruler les ailes trop tôt. Je continue sur mon rythme et sur les objectifs que je m’étais fixé. Sur la première boucle vers Luminy avant d’attaquer la Gineste, c’est Anne-lise que je croise. La Gineste ne se monte pas trop mal, et en haut, c’est partie pour une bonne petite pointe de vitesse, forcément, mistral dans le dos. Tout le retour sera un peu plus dur, malgré la longue descente, le vent de face se fait quand même ressentir un peu.

Arrivé à la 2ième transition et plus que 10 Km à faire.

Je pars tout de suite sur un bon rythme, voir même un peu trop vite sur le premier kilomètre. Je ralenti juste un peu et je me fixe un temps de passage à respecter. J’arrive à le tenir tout le long même avec les deux petites montées vers la corniche. Je croise Julian dans ma première boucle, et par la suite je croiserais Gaël, Anthony et Anne-lise, et toujours un peu mots ou un geste entre nous pour nous encourager. Je lâche mes dernières forces dans le dernier kilomètre histoire de gagner quelques secondes supplémentaires. Je franchis la ligne d’arrivée en 2H33’04’’ soit le 172ième temps. 10 minutes de mieux que l’année dernière, que du bonheur et d’excellentes sensations. A refaire.


Jonathan C.

 
Pour vous inscrire à la newsletter, indiquez votre adresse mail :
 

Nouvelle alerte mail

Objet :
OFFRE STAGE NATURAFORM

Message :
Bonjour à tous,

Afin de préparer au mieux les courses de l'été ou tout simplement profiter d'un stage de triathlon, je vous accueille dans ma structure 'naturaform' pour un stage spécifique triathlon et découverte des Pyrénées du 14 au 20 juillet prochain.

Vous pouvez choisir votre formule en 3/5/7 jours... Tous les niveaux sont acceptés bien sûr!

Vous ne penserez qu'à votre entraînement et rien d'autre, 'naturaform' se charge du reste et vous chouchoutera comme il se doit.

N'hésitez pas à me contacter pour plus de renseignements.

A très vite

Djé le coach
 

www.naturaform.fr

Comme vous les savez peut être, je viens de créer ma société dans les Pyrénées (www.naturaform.fr) qui regroupe plusieurs filières (centre de remise en forme, massages, séminaires d'entreprises, stages vélo/triathlon).
Vous trouverez ci-joint la plaquette de présentation des stages pouvant vous intéresser !
A noter que les stages sont placés de façon optimale pour atteindre vos objectifs (IM Nice, Altriman, Embrunman etc etc ...) 
Bonne lecture, je reste à votre disposition si besoin !

Jérôme
 

Ligue Provence Alpes de Triathlon

A vos agendas !! Le calendrier 2014 des épreuves est disponible en cliquant ici ou directement sur le site de la ligue !!










http://www.provencealpes-triathlon.fr/manifestations/calendrier_des_epreuves_regionales_2014.htm

TRIATHLON D'ARDECHE 2014

"Nous voilà au camping Michel, Lucie et moi le jeudi 21 aout en fin d'après midi un peu en retard car nos amis du club sont déjà à la baignade. Montage sommaire de la tente près de celle de la famille Hermitant et de la famille Caugant. Nous voilà tous réunis pour 4 jours à vivre côte à côte. 

Le vendredi matin, il est prévu le triathlon des enfants pour Marin et lucie. et le soir la course S pour Magalie Bagot et Michel.

Petite déception pour Lucie qui a fini 3ème de sa catégorie sans que nous assistions à son podium car nous pensions qu'elle était arrivée 4ième. Il lui a été attribuée toutefois un lot de consolation. Bravo à Magalie et Michel (pour son premier triathlon !!!)

Le samedi soir arrive très vite dans une belle et agréable ambiance de camping.....

Dans l'après midi préparation avec Celine (mon coach) avec un programme léger un peu de vélo et de CAP . L'appréhension est là, continuelle mais gérable...

Top départ, c'est parti nous y sommes tous. Je nage dans le brouillard avec mes lunettes rapidement pleines de buée, le soleil me gène...Bref je suis les autres nageurs en toute confiance. Je me sens très bien dans ma toute nouvelle combi à ma taille cette fois ci, je ressens bien sûr toute son efficacité.

Je sors du vélo en forme pour une fois, je perds du temps à la transition car je ne trouvais plus mon emplacement bien qu'il ne restait presque plus de vélos, j'oublie ma ceinture....

Le vélo très vallonné je m'accroche à deux féminines d'un niveau supérieur, je les perds à la descente et je les rattrape à la montée jusqu'à la moitié du parcours puis par la suite je ne les reverrai plus.

 Arrivée à la course à pied il est complètement nuit. J'ai les pieds gelés et mal au ventre Dur Dur!!!!

Très vite je m'appuie sur un triathlète qui semble du même niveau que moi, nous nous suivons et nous nous encourageons. Il souffle très fort et ça commence à me gêner je voudrais le perdre mais il ne me quitte pas et me suit de près mais je ne veux pas qu'il me double donc je décide de supporter ses bruits.

 Les encouragements chaleureux de Nathalie (épouse de notre président) "allez il te reste plus qu'un tour..." , de Miche, Gilles, (Julian déjà arrivé !!!)Téo (fils de Frank), les enfants, le public... m'apportent toujours du réconfort et me donnent de la force...

Avant l'arrivée, mon copain accélère et cette fois je le perds (je suis furieuse !!!) il me dit "on se retrouve à l'arrivée". De là moins de bénévoles je me perds dans les ruelles et redémarre une 4ième boucle, je rebrousse chemin et finis par y arriver.

Voilà c'est fini !!! tout cela restera un beau souvenir partagé, avec l'envie de continuer."


Mireille

 
Triathlon "M" et "M Relais" Ardèche - Samedi 23 Août 2014
 
TRIATHLON DE L'ARDECHE
22 ET 23
AOUT 2014
 
TRIATHLON DE PEYROLLES
13 ET 14
SEPTEMBRE 2014
 
FESTIVAL DES TEMPLIERS
DU 24 AU 26 OCTOBRE 2014
 

Natureman Verdon 2014

Il est déjà possible de s'inscrire au Natureman Verdon 2014 en cliquant ici ! Cette année, le Lac de Sainte Croix fête ses 40 ans, et pourquoi pas avec vous ? Déjà 5 inscrits du club....
 

Nouvelle alerte mail

Objet :
Ambassadeur NERZH

Message :
Bonsoir,

Je suis dorénavant ambassadeur de la marque NERZH.

Toutes les personnes intéressées pour des roues à pneus ou à boyaux avec montage à la main dans toutes configurations de profils peuvent se rapprocher de moi.

En outre il existe des cadres route, VTT et naturellement triathlon à des tarifs extrêmement compétitifs.

Il sera possible de visualiser les produits et de faire des commandes groupées à des tarifs club.

A plus ou moins court terme, j'aurais des roues et cadres tests.

Pour me joindre : 06.60.12.20.14

A bon entendeur

Yvan
 

CYCLOSPORTIVE : LA MARMOTTE 2014

La Marmotte 2014

"Une des cyclosportives les plus dures de France, 174 km pour 5000 m de dénivelé, Bourg d'Oisan, col du Glandon, col du Télégraphe, col du Galibier qui culmine à 2642 m, montée de l'Alpe d'Huez mythique avec ses 21 virages, 13 km à 8,1% de moyenne avec un passage max à 14% (une rigolade pour Anne-Lise avec ses pédales à l'ancienne et ses chaussures de tennis!).

On était 2 du Salon triathlon, Nico M et moi.
On a fait le départ ensemble jusqu'au milieu du Glandon en discutant puis chacun a pris son rythme. Ça pousse fort du côté de Nico, il faudrait pas que je me relâche trop longtemps! Je l'ai attendu au sommet seulement 2 min, le chrono étant neutralisé par sécurité pour la descente technique du Glandon.
On a fait ensuite la descente ensemble, arrivé en bas on a fait une photo pour envoyer aux copains devant une entrée de villa, le proprio très en colère m'a proposé de péter mon vélo, dans une réaction qui me surprend encore (j'ai gagné en maturité et zénitude, ça doit être l'âge!) je lui ai fait comprendre calmement que cette proposition ne m'intéressait pas! J'ai cependant peut être oublié de le remercier, on peut toujours faire mieux! :-))

On a remonté ensuite la vallée de la Maurienne jusqu'à St Michel puis attaqué le col du Télégraphe 12 km régulier dans les 7 à 8% de moyenne, là il y a un panneau col du Galibier 34 km, patience...
Après les 12 km d'ascension on descend un peu puis on reprend pour 18 km à des altitudes où l'oxygénation est moins aisée! C'est long, tellement long qu'à 6 km du sommet j'ai sorti mon téléphone pour me distraire un peu, photo du paysage,  selfie pour les copains...

Après le passage au sommet, c'est une longue descente qui s'achève quasiment au pied de l'Alpe d'Huez.
Cette dernière ascension commence très bien, il me reste du jus j'appuie un peu pour améliorer mon temps de l'année dernière. A 5 km du sommet j'arrête de m'alimenter pensant que l'arrivée est suffisamment proche... Erreur!
Fringale à 2 km, je pensais passer sous les 8h mais je termine à la rue, dépouillé en 8h00min30s à la 1681ème place sur plus de 8000 au départ.
12 min de mieux que l'année dernière, c'est toujours ça de pris!

Retour le soir même pour retrouver les copains au barbecue du club et surtout dire au revoir à notre coach qui nous a tant apporté! Un moment sympathique !"

Ben
 
photo.PNG
 

Calcul des Temps de Passage en Fonction de la VMA !

Pour le calcul des temps en CAP et en fonction de sa VMA, il suffit de cliquer ici, de saisir sa VMA (remplacer le 17 en haut en gauche...) et le tableau calcule automatiquement les temps !

Sportivement !

Jonathan
 

ALTRIMAN DES ANGLES

« Cet été mon objectif était l'Altriman. Après beaucoup d'hésitations suite à une préparation insuffisante cette saison, j'avais fini par m'inscrire à cet ironman des pyrénées, en connaissance de cause car j'avais déjà fait 2 fois le half et déjà reconnu le parcours vélo de l'altriman. Donc départ en famille pour une semaine de vacances aux Angles (66) qui doit se terminer par la course. On en profite pour se rééquiper de quelques tenues chaudes quand on goûte au climat local : 3°C le matin, 12 - 13°C l'après-midi, du vent froid et de la pluie : on a même vu la neige tomber un peu au-dessus des Angles. Les enfants Malik et Sarah sont les premiers à se lancer sur un triathlon avenir courageux, l'eau étant à 13°C (heureusement que les distances sont courtes et que Sarah est dispensée de la partie natation pour raison de sécurité). Ils s'en sortent bien tous les 2 et sont contents de leur course. 
Le lendemain c'est mon tour, départ nocturne à 5h30, du Lac de Matemale à 1500 m d'altitude. L'eau est toujours à 13°C, dehors il fait 7°C, j'ai de la chance c'est mieux que les jours précédents. On est 250 sur la ligne de départ. L'attente les pieds dans l'eau paraît un peu longue, puis c'est le départ nocturne - mythique! je pars tout devant, c'est génial de profiter du lac en nocturne pour poser sa nage, et je me dis qu'une bien belle journée commence. Comme prévu ça revient vite derrière moi, mais sans trop de coups car la zone de départ est assez large, et que la première bouée doit être à plus de 800m. Par contre le vent commence vite à faire des remous bien désagréables dont je me serais bien dispensé. Puis dès le retour de la 1° boucle je commence à être envahi par le froid, j'arrive de ... la suite en cliquant ici !

Gael Pradel : 52ème en 15:54:47,7
 

© 2013 salon triathlon - 13300 SALON DE PROVENCE